Mon cancer & Moi 2015

Les rendez-vous hebdomadaires entre patientes et experts.
1 thème par semaine, 4 rendez-vous

Durant tout le mois d’octobre 2015, chirurgiens, kinésithérapeutes, associations et journalistes spécialisés répondront à toutes vos questions sur le cancer du sein. Les réponses, ici !

Diagnostic et Chirurgie curative

Question d’Emmanuelle
Bonjour, Ma question est pour le Dr Berreni : Il y a un an, j’ai été opérée d’un carcinome péritonéal où j’ai subi une hystérectomie, ablation de la rate et de très nombreux nodules sur le péritoine. Bref, des complications m’imposant un mois en réanimation, perte de 10 kg et enchaînement sur 6 mois de chimio à raison de tous les 15 jrs, provoquant sur la fin une neuropathie depuis avril, au niveau des pieds. Je n’ai pas de libido, pas de sensation. Ni en haut, ni en bas ; et vous allez me dire, il faut du temps, c’est normal avec tout ce que j’ai subi. Qu’il faut que j’apprivoise mon corps malgré de grande cicatrice et 15 kg pris… Etc. Que je m’aime quoi ! J’ai un mari patient mais je n’ai pas de solution et je n’ai pas envie de me forcer. Alors ? Bloqué ! Connaissez vous des cas similaires ?
Réponse du Dr Berreni, gynécologue obstétricien plasticien
Chère Emmanuelle, vous avez subi de lourdes thérapies pour une situation abdomino-pelvienne qui obligeait vos médecins à tout faire pour vous faire retrouver un état de bonne santé. Les conséquences sont obligatoirement pénalisantes. Vos interventions et vos cures de chimiothérapie ont entrainés un asséchement du péritoine et des organes qui s’y trouvent. En particulier les ovaires s’ils n’ont pas été déjà enlevés, ainsi que le vagin, le pelvis et le périnée. Les conséquences hormonales s’ont venues exagérer la situation. Il faut étudier cette situation hormonale et voir si on peut la corriger. Sachez aussi qu’il existe maintenant des nouvelles alternatives ( lasers , Radiofréquences , Leds , Acide Hyaluronique ..) qui devraient vous apporter de notables améliorations.
Ne désespérez pas chère Emmanuelle, vous avez des solutions !!

Question de Jacqueline G.
J’ai été opérée en mai 2014, n’est ce pas trop tard pour recevoir des soins LPG ? Merci
Réponse de Laurence Vidal, kinésithérapeute spécialisée
Il n’est jamais trop tard pour bien faire, même 20 ans après, nous pourrions encore vous soulager il suffit juste de faire ce qu’il y a faire.

Question de Edith M.
Cela fait quinze ans que j’ai eu un cancer du sein et depuis j’ai des bouffées nuit et jour, dès le premier jour de la prise de tamoxifene. J’ai essayé mille choses sans résultat. Aidez moi, merci beaucoup.
Réponse du Dr Berreni, gynécologue obstétricien plasticien
Votre situation hormonale Edith et la prise de tamoxifène sont probablement à l’origine de vos symptômes. Il faut explorer votre biologie et la raison de la prise du tamoxifène 15 ans après votre cancer !

Question de Louise C. :
J’ai été opérée d’un cancer du sein en février 2010 avec mastectomie partielle. C’est un cancer hormono-dépendant. Donc j’ai eu 33 séances de radiothérapie et 5 ans d’hormonothérapie. A cause de cela, j’ai des douleurs terribles aux articulations et particulièrement aux genoux. Personne ne me donne quelque chose pour me soulager. Que dois je faire? Merci de me répondre.
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
Les douleurs articulaires sont vraisemblablement dues au traitement antihormonal. Il s’agit d’un effet secondaire fréquent. Il faut en parler à votre cancérologue car il existe des solutions, par exemple un changement de molécules ou la prise d’antalgiques.

Question de Isabelle E. :
J’ai un cancer du sein. J’ai débuté ma troisième chimio. Il m’en reste trois… J’éprouve une grande fatigue…. A la fin de mon traitement chimio, j’ai 25 séances de radiothérapie. Combien de temps me faudra t’il pour reprendre mon travail ? J’ai eu un curage ganglionnaire je ne fais pas de séances de kiné !!!! Est-ce important?
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
La reprise du travail dépend de chaque patiente, de son métier et de son ressenti face aux traitements. Pour retrouver votre forme habituelle, il faut souvent attendre un an après la fin des traitements. Pour moi le retour à une vie socioprofessionnelle le plus rapidement possible est essentiel dans le processus de reconstruction mais cela dans la mesure du possible.
Réponse de Laurence Vidal, kinésithérapeute spécialisée
L’importance de faire des séances de kiné se trouve soit dans la récupération des amplitudes de l’épaule, si besoin est, mais surtout dans l’assouplissement de toutes les zones cicatricielles pour assurer la bonne circulation de la lymphe au niveau du buste, du dos et du membre supérieur. Si vous ressentez ces gênes, il est primordial de consulter un kinésithérapeute spécialisé dans la prise en charge du cancer du sein. Car les séances de kiné ne concernent pas uniquement les cas de lymphoedème. La chirurgie génère des fibroses qui peuvent aller jusqu’aux hanches ; le fait de faire des séances (notamment avec le CELLU M6 ) permet de libérer toutes les mobilités des tissus au niveau du thorax ainsi qu’au niveau du bras afin de faciliter le drainage. Il n’est pas nécessaire de faire beaucoup de séances mais un contrôle est toujours nécessaire.

 Question de Alizée :
Voilà, je suis en rémission depuis 3 ans, à cette période j’avais fait une croix sur la maternité mais aujourd’hui je me sens revivre et avec mon mari nous envisageons de nouveau l’avenir. Je me demandais si le fait d’avoir été malade et d’avoir eu des rayons m’empêcherait d’allaiter. Merci docteur
Réponse du Dr Berreni, gynécologue obstétricien plasticien
L’après cancer n’est pas un chemin de croix ! Aujourd’hui la prise en charge d’une maternité et de l’allaitement après l’arrêt des traitements de cancer du sein a fait de grands progrès et permet d’avoir un enfant.

 Question de Mme Gaillard :
Bonjour, Cancer depuis octobre 2012. Octobre : 1ère intervention, tumorectomie et analyse du ganglion sentinelle. Décembre 2012 : chaine ganglionnaire car le sentinelle pas bon et janvier 2013 mastectomie du sein. Je me pose toujours la question : Pourquoi autant d’interventions ? En ce qui concerne le suivi, pas de bilan sanguin depuis 2012. Juste mamo et écho du sein ! Pas de marqueur… Rien d’autre alors que je suis à risque !  Et la prévention dans le cas d’un carcinome infiltrant, qu’en est il ? Merci de votre réponse, cordialement.
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
Il est toujours difficile de répondre à un cas particulier sans le dossier complet. Votre surveillance doit être personnalisée en fonction de votre cancer : fréquence des RDV et examens radiologiques ou biologiques à pratiquer.

 Question de Gwenaelle M. :
J’ai été opérée une 1ere fois le 27 mars puis une 2eme fois le 28 avril pour des marges plus saines. Puis 33 séances de radiothérapie où j’ai fini brûlée au 2eme degré sur le sein.
C’est un cancer du sein droit, grade 2, her2+ hormono sensible. Le ganglion sentinelle a été retiré mais il n’avait aucune trace de tumeur. J’ai déjà subi une hystérectomie en 2009 mais j’ai conservé mes ovaires car j’avais 42 ans. Donc je ne sais pas si je suis ménopausée.  J’ai une fuite aortique,  j’ai de l’hypercholesterolémie avec triglycérides +, je fais une très grosse dépression depuis 2011 (burn out ). Je suis asthmatique mais contrôlée par médicaments.
Je refuse l’hormonothérapie,  Tamoxifene,  actuellement car ca me fait peur.  Je choisis mon bien-être quotidien pour sortir de la dépression, enfin mon espoir.
Qu’en pensez vous ?
Réponse du Dr Berreni, gynécologue obstétricien plasticien
Selon ce que vous me dites Gwenaëlle, vos ovaires doivent encore sécréter des hormones oestrogéniques, un bilan hormonal devrait vous le confirmez. Vous ne parlez pas de votre poids.Si vous êtes en surpoids plus ou moins important, ceci devrait être un élément qu’il vous faut prendre en charge absolument.

Ces deux éléments, situation hormonale et surpoids éventuel sont essentiels à corriger pour vous redonner un équilibre physique et psychique !!

Question de Zora R. :
J’ai eu un curage ganglionnaire. Je fais des drainages lymphatiques. Mon biceps a grossi. Va t il retrouver son état normal ? Merci
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
Les drainages lymphatiques précoces et itératifs doivent vous aider à retrouver un état quasi normal de votre membre supérieur. Il faut continuer ces séances même au-delà du retour à la normale.
Réponse de Laurence Vidal, kinésithérapeute spécialisée
Il se peut que la technique utilisée ne soit pas appropriée donc peu efficace. Car, à chaque séance, vous devriez soit obtenir un assouplissement de l’œdème, soit une diminution de volume du bras. Il faut également compléter le drainage par une contention adéquate. Et je vous conseillerais de trouver un kiné formé pour pratiquer du Cellu M 6 sur le buste, tout le dos et sur le bras. Enfin, si vous constatez une augmentation de volume, n’hésitez pas à prendre un RDV avec un lymphologue ou revoir votre oncologue.

 Question de Alexandra D. :
Bonsoir, J’ai eu un cancer du sein l’année dernière (opérée en avril 2014)  et je constate un dérèglement de cycle. Cela est devenu complètement anarchique. Est-ce normal ? Est-ce que cela va revenir comme avant ? Je dois vous dire que je suis une ancienne toxicomane, est-ce que cela peut avoir une incidence ? Merci pour tout
Réponse du Dr Berreni, gynécologue obstétricien plasticien
Cela dépend de votre âge, des traitements suivis depuis l’opération et ceux pris actuellement !! La toxicomanie ancienne n’a pas d’importance aujourd’hui.

Question de Mme Fiquet :
Bonjour, je présente un lymphoedème depuis janvier 2015 dû à 2 cancers du sein, un en 2008 et l’autre en 2012. J’ai fait des séances de kiné mais pas de résultat et, en juillet 2015, on m’annonce un autre cancer donc cure de chimio. Je voudrais savoir pourquoi mon lymphoedème ne se résorbe pas. Merci, j attend votre réponse avec impatience.
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
Un lymphoedème peut ne pas se résorber parce que votre circulation lymphatique est trop altérée. Il faut consulter des spécialistes de cette circulation lymphatique car il existe de nouvelles techniques pouvant améliorer cette circulation : technique de greffe ganglionnaire ou autres.

 Question de Aurélie :
Bonjour, j’ai 30 ans, on vient de me diagnostiquer un cancer du sein. Je n’ai pas encore eu d’enfants mais c’est dans mes projets à très court terme. On m’a parlé de ménopause précoce et je m’inquiète beaucoup quand à mon désir d’enfant. Pouvez-vous me dire ce qu’il en est réellement ? Merci pour votre aide
Réponse du Dr Berreni, gynécologue obstétricien plasticien
Aujourd’hui l’association maternité après prise en charge d’un cancer du sein est de plus en plus prise en charge par les médecins. (Gynécologues en particulier)

Le bilan complet de votre cancer du sein (histologie, marqueurs, récepteurs…), permettra de choisir la meilleure thérapeutique pour préserver votre future fertilité et votre sexualité.

Question de Madalina T. :
Combien de temps a t’on mal à l’enlèvement du pac ? Le mien a été enlevé le 11/11/14 et je ne peux  toujours pas m’habiller ! Le sein opéré me fait aussi mal. Mais ce n’est pas rouge comme la partie où on a enlevé le pac.
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
La douleur après l’ablation de la chambre implantable doit disparaitre au bout de 2 semaines. Si cette douleur persiste, il faut reprendre contact avec votre chirurgien pour vérifier l’absence d’infection ou d’hématome post opératoire.
Réponse de Laurence Vidal, kinésithérapeute spécialisée
Bonjour, votre lymphoedème n’a pas pour origine un problème du bras mais est une conséquence des cicatrices au niveau thoracique. Donc le non résultat doit venir du fait que la technique n’est pas appropriée. Il faut libérer tout le drainage donc la souplesse des tissus et des cicatrices au niveau thoracique. Je vous invite à consulter le site afin de trouver le nom d’un kiné utilisant la technique LPG près de chez vous, car elle s’avère très efficace dans ce cas. (A noter que  la survenue du lymphoedeme peut être lié à votre dernier cancer…). Bon courage à vous

Question de Maryline D. :
Bonsoir, il m a été découvert un carcinome canalaire infiltrant acr5. J’ai eu 6 séances de chimio et une mammectomie avec un curage ganglionnaire puis 25 séances de rx. Je suis actuellement sous Heceptin, toutes les 3 semaines jusqu’en décembre et j ai de la kiné. J’ai une gêne désagréable sous le bras et des douleurs au bras puis dans le dos et sur le côté et les épaules, etc. J’ai une sensation bizarre sous le bras et derrière. Ca m a l’air tout endormi. Je voudrais savoir pendant encore combien de temps cela va durer ou si ca sera toujours comme cela. J’ai quand même l’impression que ca se remet doucement… Je ne sais pas ou plus…. Je supporte de moins en moins les douleurs. J’ai des dolipranes 1000, voilà. Dans l’attente de votre réponse, je vous remercie et je trouve ce système excellent, je me sens moins seule. J’aurais une autre question plus tard. Merci a vous.
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
Les douleurs que vous décrivez sont des douleurs dites « neurogènes » et vont progressivement s’estomper. Il existe des médicaments particuliers pour minimiser ces douleurs si particulières. Sinon le temps améliorera cela sur une période de 3 à 9 mois.
Réponse de Laurence Vidal, kinésithérapeute spécialisée
Bonjour, vos sensations sont dues à l’anesthésie superficielle due au curage. C’est normal et vous pouvez mettre plus d’un an à récupérer . En ce qui concerne la « gène » sous le bras, il semblerait que vous ayez un œdème fibrosé avec des cordes axillaires. Ceci se traite très bien mais peut-être que votre kiné ne connaît pas les bonnes techniques. L’utilisation des techniques LPG peuvent vous permettre d’assouplir les tissus, ce qui aura comme incidence d’être plus confortable. Bon courage. 

Question de Karin B. :
On parle peu de l’après cancer… l’hormonothérapie. Beaucoup de femmes décrochent ! Pour ma part, des douleurs intenses et absence complète de libido. Aucun aide ou soutien et prévu pour nous. Que peut on faire?
Réponse du Dr Berreni, gynécologue obstétricien plasticien
Détrompez-vous Karin, on parle beaucoup de l’après cancer (Ce blog en est un exemple !)
Il y a de plus en plus dans les services de cancérologie des services pour la prise en charge de tous les troubles qui accompagnent la période de traitement et après. Parlez en aussi à votre gynécologue

La reconstruction mammaire

Question de Corinne B
Bonjour, J’ai une cicatrice très adhérente à l’emplacement du sein gauche. J’ai eu une mastectomie + chimio + radio et 3 ans après je me suis fait poser une prothèse pip que je n’ai pas supportée.  Au bout de 3 semaines, j’ai eu une inflammation de la cicatrice qui s’est réouverte jusqu’à ce que l’on soit obligés de l’enlever.  Maintenant ma peau est comme brûlée,  très fine et malgré mes essais de massages manuels, la peau est très fine et vraiment pas belle.  Comment cette méthode peut m’éviter une chirurgie esthétique sans être douloureux ? Merci pour votre réponse
Réponse de Laurence Vidal, kinésithérapeute spécialisée
La technique LPG a pour but de consolider la peau en l’assouplissant et en la faisant « travailler » en « boostant «  les fibroblastes qui sont affaiblis et sécrètent un collagène qui est de plus en plus fin donc oui, vous avez tout intérêt à faire une dizaine de séance dans le cadre de la rééducation.

Question de C. Mathieu :
J’ai été opérée le 27 aout (mastectomie avec reconstruction mammaire immédiate avec mamelon et aréole par grand lambeau dorsal). Une deuxième intervention symétrisation et lipomodelage est prévue début novembre. Puis-je commencer de la kiné LPG avant cette deuxième intervention ou est-il préférable de le faire après ? Au niveau dorsal j’ai un pli dans le dos sous la cicatrice avec un léger gonflement disgracieux, est-ce de la lymphe ou de la graisse accumulée ? Est-ce que cela va disparaître naturellement ou faut-il une intervention chirurgicale ? Combien de temps faut-il prévoir après ces interventions pour récupérer toute la mobilité de mon bras ainsi que ma force musculaire au niveau du dos ? Je vous remercie de vos réponses.
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
Vous pouvez ou plutôt vous devez commencer votre kiné LPG au plus vite pour mobiliser les cicatrices. Cela aide le chirurgien pour la deuxième intervention. Le gonflement sur la cicatrice dorsale est due à une fixité de la cicatrice et il faut travailler sur le décollement de cette cicatrice après avoir éliminer une « lymphocèle » ou accumulation de lymphe dans la zone de décollement du lambeau.
Réponse de Laurence Vidal, kinésithérapeute spécialisée
Il n’y a rien de particulier à faire avant la symétrisation et le lipomodelage. Par contre, la cicatrice dans le dos est adhérente et gêne la mobilité de l’omoplate ainsi que le drainage du dos d’où la collection liquidienne. La seule réelle solution est un travail avec le CELLU  M6. Il faudra environ 1 mois voir 1 mois 1/2 en fonction de l’importance du déficit.
Réponse du Dr Jean-Luc Jauffret, Chirurgien Plasticien 
Bonjour. Oui, le travail des cicatrices par LPG peut aider à assouplir les tissus cicatriciels dans le dos. Ce gonflement peut effectivement être une poche de lymphe. Peut-être pouvez-vous revoir votre chirurgien pour la ponctionner si nécessaire. Vous devez prévoir quelques mois pour récupérer votre entière mobilité ; là encore, vous devez travailler avec votre kiné. Bon courage.


Question de Miss Math. :

De mon vécu (mammectomie du sein gauche à 45 ans, reconstruction par implant sous pectoral, chimiothérapie induisant une ménopause brutale puis chirurgie esthétique 5 ans plus tard de l’aréole contro-latérale  pour une reconstruction d’une « aréole » à gauche par greffe  à partir du controlatéral ), je dis que j’aurais mieux fait de ne pas me faire amputer mon aréole et téton droit « survivant et naturel » pour un résultat purement visuel, évidemment insensible, et au prix du massacre du téton du sein sain qui n’a plus rien de sensible et d’érectile aujourd’hui… Messieurs les chirurgiens, je pense qu’une femme chirurgien qui subirait les mêmes coups de bistouris dans sa sensualité serait le meilleur porte-parole de notre détresse. Perdre un sein, c’est certes moins grave que perdre un membre mais les ravages psychologiques en tant que « femme » sont terribles et je regrette infiniment d’avoir laissé mutiler mon sein sain pour un tel résultat (un tatouage joliment fait aurait amplement joué son rôle limité, quoiqu’il en soit, au visuel). Par pitié pour les prochaines, communiquez vraiment sur le fait  que rien ne sera plus jamais comme avant, encore moins sur le plan de la sensibilité… Je sais que ma requête ne séduit pas les sphères  commerciales mais je vous demande de vous poser, en toute honnêteté, une seule question: « Et si ce témoignage était celui de ma femme ? »
Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
Effectivement madame, il faut évoquer ces questions avant de débuter la reconstruction de la plaque aréolomamelonnaire ou mamelon. Il existe plusieurs techniques avec leurs avantages et leurs inconvénients. Cela n’est pas dû au sexe de votre chirurgie reconstructeur… La réfection du mamelon est effectivement un trompe l’oeil et il n’y a pas de possibilité d’un retour de sensibilité ou d’érection du mamelon.
Réponse du Dr Jean-Luc Jauffret, Chirurgien Plasticien 
Bonjour, merci de votre témoignage. Effectivement, même si nous réussissons le plus souvent à reconstruire approximativement un sein de même volume et de même forme que le sein controlatéral, rien n’est jamais comme avant. Certaines patientes imaginent que le chirurgien plasticien est un magicien qui pourra reconstruire un sein comme avant. Mais non il faut faire le deuil de ce sein pour accepter ce qui peut paraître inacceptable. Notre rôle est effectivement important car nous avons pour devoir de réfléchir aux conséquences des différentes techniques pour nos patientes. Vous évoquez le prélèvement de votre mamelon controlatéral. Mais il y a aussi les cicatrices des prélèvements des lambeaux ou les séquelles des prélèvements des lambeaux abdominaux. Nous devons réfléchir à ne pas mutiler le dos quand c’est possible et penser qu’avoir eu une mastectomie ne dispense pas de rester très féminité avec une belle robe dos nu.
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour, votre colère est grande et parfaitement compréhensible, que l’on soit homme ou femme, pourvu que l’on ait un minimum de sensibilité et d’empathie. La technique de plastie du mamelon par prélèvement de la moitié du controlatéral est toujours utilisée actuellement avec un risque pour le “sein sain” comme vous l’avez décrit. Rien n’est anodin. Le processus de cicatrisation est imprévisible et variable d’un site à l’autre. Ces troubles de la sensibilité et de l’érectilité du mamelon se voient également parfois dans les cures de désinvagination mamelonnaire. Nous prenons tous note de votre message. N’y a t’il pas moyen d’arranger ça ?

Question de Annick B. 

Bonjour, Après un 3ème cancer du sein avec l’ablation d’un sein, j’ai fait le test génétique. On a découvert la présence des gènes BRCA 1 et BRCA 2, confirmés après un 2ème test. Donc, je dois enlever le 2ème sein ainsi que les ovaires. J’aimerais savoir si la reconstruction peut être faite en même temps ou dois je attendre un certain temps. Merci pour votre réponse.

Réponse du Dr Didier Bourgois, chirurgien sénologue
Dans le cas particulier d’une mastectomie prophylactique sur mutation BRCA, le reconstruction peut être faite en immédiat afin de limiter les conséquences psychologiques de ce geste. Différentes techniques de reconstruction immédiate sont possibles.
Réponse du Dr Jean-Luc Jauffret, chirurgien plasticien
Bonjour, oui votre cas est le cas parfait pour une reconstruction immédiate. Voyez avec votre chirurgien pour organiser tout cela. Bon courage.


Question de Claire P.

J’ai subi une mastectomie en Aout 2014 puis des rayons. J’envisage désormais une reconstruction BRAVA (expésion de peau et injection de gras). J’ai consulte 2 des plus grands chirurgiens de la place de Paris. Le 1er m’a dit « pas de souci votre peau est nickel super indication », le 2nd « votre peau est trop abimée »… J’imagine que la réponse doit se trouver entre les deux et je me demande si des séances de massage mécanisé chez un kiné pourrait m’aider a améliorer la qualité de ma peau et favoriser une bonne « prise » de la graisse qu’on m’injecterai.

Réponse du Dr Jean-Luc Jauffret, Chirurgien Plasticien 
Bonjour, nous n’avons pas encore de réponse scientifique à cette question mais il est certain que ces massages vont assouplir la peau et favoriser la reconstruction.Bon courage pour votre reconstruction.

Question de Mme Perront
Bonjour. J’ai eu un cancer. Depuis 2010, j’ai une prothèse mammaire, mais j’ai beaucoup de mal à la supporter. Est-ce normal de ressentir des douleurs sans cesse (prothèse qui durcit) ? Merci d’avance
Réponse du Dr Jean-Luc Jauffret, Chirurgien Plasticien 
Bonjour, vous avez probablement une coque (contracture capsulaire) plus fréquente chez les patientes ayant eu de la radiothérapie. Ces coques provoquent un sein dur et parfois douloureux. Si vraiment cet état est insupportable, il faut peut être envisager un changement de prothèse ou un changement de technique de reconstruction.Bon courage 

Mon quotidien avec les traitements

 Question de Raymonde G.
Opérée du cancer en juin 2013 avant chimio. Après Herceptine  mais problème au coeur  donc je suis sous Amiridex 1cachet pendant 5ans. Les marqueurs sont bon apparemment et une mamo est prévue. Dois-je faire autre chose ? Rémission combien de temps? J’ai 73 ans, merci.
Réponse du Dr Florence Dalenc, Oncosénologue
Bonjour Raymonde,  votre suivi doit  comprendre en effet la réalisation une fois par an d’une mammographie théoriquement à vie + un examen clinique tous les 6 mois pendant 5 ans et annuel ensuite. La densité osseuse doit aussi être contrôlée sous Arimidex selon un rythme qui dépend des résultats de l’examen initial de référence. Tout autre examen complémentaire n’est à demander qu’en cas d’anomalie clinique ou qu’en cas de symptômes.

 Question de Jacqueline G.:
J’ai été opérée d’un cancer du sein en mai 2014, 4 séances de chimiothérapie, 33 séances de radiothérapie et actuellement sous hormonothérapie pendant 5 ans. Les jours sont très difficiles, surtout moralement. Je suis sous traitement antidépresseur. J’ai peur de la mort chaque jour. La vie avec mon mari est de plus en plus difficile, il a eu lui aussi des problèmes de santé : il y a une dizaine d’années, il a été opéré d’une hydrocéphalie et à quelques séquelles… En plus, j’ai pris du poids, et cela est difficile à supporter aussi… Il faudrait que je fasse du sport, et un régime… je vous en prie, guidez-moi ! svp, merci.
Réponse du Dr Florence Dalenc, Oncosénologue
Bonjour Jacqueline, je ne peux que vous encourager à consulter votre oncologue et à lui faire part de votre mal être et inconfort sous hormonothérapie, tel que vous l’exprimez là. Il pourra peut être modifier l’hormonothérapie (selon votre dossier médical précis) et/ou vous orienter vers une équipe de soins de support (psychologue et nutritionniste par exemple). D’autre part, avez-vous des aides à domicile pour vous aider à vous occupez de votre époux et dans vos différentes tâches quotidiennes ? Selon votre situation sociale précise, des aides pourraient possiblement être mises en place vous adoucir et alléger votre quotidien.

 Question de Fati B.
Pourquoi, 7 ans après l’arrêt des traitements, je suis toujours fatiguée ?
Réponse du Dr Florence Dalenc, Oncosénologue
Bonjour, la fatigue est un symptôme très subjectif et plurifactoriel. Avez-vous consulté votre médecin traitant afin qu’il recherche une cause organique à cette fatigue ?

 Question de Lili V.
Bonjour, j’ai un cancer du sein métastatique avec lésions au cerveau, foie et os. Dernièrement, j’ai subi une séance de Cyberknife pour les tumeurs au cerveau… Depuis un mois, j’ai de fortes migraines sur l’oeil droit et à présent plus de migraine, mais ma paupière est tombée sur l’oeil et il est a demi fermé, et ce matin, j’ai la joue rouge et gonflée. Merci de m’aider : j’ai repassé un scanner cérébral mais il n’y a rien qui peut expliquer ça…
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Lili, la réponse est difficile car il y a beaucoup de paramètres : nombre de lésions cérébrales initiales, localisations, qualité de la réponse aux traitements… Le Cyberknife traite les lésions et peut entrainer un œdème péri-lésionnel avec parfois comme conséquences les troubles dont vous parlez.  Seul votre radiothérapeute a la compétence pour vous rassurer.

 Question de Marguerite
On m’a fait une ablation fin janvier 2014. Je n’ai pas eu de chimio par chance, mais je prends 1 comprimé (Arimidex) tous les jours pendant 5 ans et depuis, j’ai des douleurs dans les bras et partout. En plus, j’ai pris des kilos, est ce normal ? Merci de me répondre.
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Marguerite, l’hormonothérapie par anti-aromatase est responsable d’un certain nombre d’effets secondaires comme les douleurs musculaires, osseuses et articulaires, les bouffées de chaleur et la prise de poids. On peut changer l’horaire de prise ou éventuellement changer de classe d’anti-aromatase. Attention aux résultats de l’ostéodensitométrie, qui est le témoin de votre capital osseux. En cas d’ostéoporose avant traitement, il est indispensable de supplémenter par de la vitamine D, du calcium et des Biphosponates. Avoir une activité physique adaptée régulière est également indispensable. Enfin, rapprochez vous des soins de support de votre établissement avec notamment une diététicienne qui connait très bien le problème de prise de poids associé à l’hormonothérapie.

 Question de Delphine P.
Bonjour, j’ai terminé  ma dernière  chimio le 29 mai (3 fec 100 et 3 taxotere), mais j’ai toujours mal aux jambes. Combien de temps cela va durer ? Merci  de me répondre.
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Nicole, cela peut durer plusieurs mois encore car ce sont les suites des traitements médicaux. Rapprochez vous d’un kinésithérapeute et des services autour de l’aide physique adaptée : ils vous concocteront un programme personnalisé qui devrait améliorer les choses.

 Question de Christiane K.
Bonjour, j’ai eu 1 cancer du sein gauche et je souffre de spondylarthrite ankylosante. Ma rhumato voudrait infiltrer l épaule gauche. Je suis à 3 ans de la maladie et sous aromasine. Est-ce possible ? Merci
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Nicole, pas de problème pour l’infiltration. Vérifiez peut-être l’état de la minéralisation osseuse par une ostéodensitométrie avant les séances d’infiltration, afin de savoir si il faut rajouter une supplémentation.

 Question de Pascale G.
Bonjour, j’ai été opérée d’un cancer du sein le 12/02/2013.  6 ganglions sur 16 étaient cancéreux, j’ai donc eu chimiothérapie et radio, et 10 ans d’hormonothérapie, Femara pour la nommer. Est il possible que cela ne revienne plus après ? Merci
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Pascale, c’est une question que les patientes posent souvent ! L’hormonothérapie 5 ans et 5 ans supplémentaire (recommandations ASCO2014) est indispensable pour garantir le risque de rechute. Il n’y a pas d’examen para-clinique à réaliser hormis un bilan sénologique radiologique annuel.

 Question de Khadija A
Bonsoir, j’ai eu un cancer du sein droit en 2011, avec ablation du sein, chimiothérapie, radiothérapie et hormonothérapie. Actuellement, je suis toujours sous hormonothérapie, je prends du Nolvadex 20mg.  Je dois le prendre pendant 5 ans, il me reste 1ans et demi à le prendre. Ma question est la suivante : les effets secondaires de ce médicament sont assez éprouvants ; tout les matins, je peine à me lever du lit, j’ai des douleurs articulaires, les pieds et mains qui gonflent et me picotent. Je suis toujours fatiguée. Je me sens comme une mamie de 80 ans. Je prends des antalgiques pour calmer mes douleurs, mais rien n’y fait ! Alors dites moi : comment je peux faire pour ne plus avoir de douleur et redevenir ce que j’étais avant : dynamique .Merci à vous de nous laisser nous exprimer et poser des questions. Cordialement.
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Khadija, l’hormonothérapie est essentiellement préventive avec une action directe sur le sein controlatéral. De nombreuses études ont montré que 5 ans étaient la durée optimale. Il y a des effets secondaires parfois difficilement tolérables. Changer le moment de prise le matin si vous le prenez le soir ou inversement peut souvent changer la donne. Vous pouvez également passer  au Tamoxifène 10 mg matin et soir, ce qui équilibrerait les concentrations dans le sang. Enfin, c’est un bénéfice sur un risque à discuter avec vos spécialistes. Toujours est il qu’il ne faut pas arrêter. Parfois on peut discuter l’inhibition ovarienne soit par médicament soit par ovariectomie chirurgicale avec plus ou moins une anti-aromatase.
Un accompagnement psychologique est indispensable avec un rhumatologue, ostéopathe, ergothérapeute, psychomotricienne, et kinésithérapeute.

 Question de Patricia W.
Je me bats avec courage d’un cancer du sein avec de nombreuses métastases osseuses, pulmonaires…. En novembre dernier, récidive sur l’encéphale. Traitement : 30 séances de radiothérapie sur l’ensemble de l’encéphale plus 4 séances de cyberknife. En plus, thrombose,  phlébite et embolie pulmonaire.
Depuis 9 mois, très grande fatigue. Vais-je m’en sortir et retrouver plus de forme et de nouveau prendre du poids ? Il me manque 10 kg 5. Merci pour votre aide.
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Patricia, une évaluation par un(e) spécialiste en nutrition me paraît indispensable, avec un régime adapté. Il faut se ménager, s’octroyer des temps de repos mais aussi faire de l’exercice physique. Le traitement est lourd, très lourd, c’est pourquoi il faut “prendre soin de vous”. Relaxation, yoga, méditation permettent de lutter efficacement. Parfois à la maison, la charge de travail est telle qu’on a du mal à se reposer, d’où cette fatigue qui s’accumule et qui vous harasse puis vous terrasse. Couper cette spirale pour une autre plus vertueuse.
Réponse d’Isabelle Delaleu, Journaliste Santé & Nutrition et auteur de « Mes recettes santé pendant un traitement anticancer »
Avec une forte perte de poids et les traitements, il est naturel que vous vous sentiez fatiguée, et vous êtes très certainement dénutrie. Il vous faut adopter une alimentation riche pour reprendre quelques kilos mais aussi faire le plein de vitamines et de minéraux. Toutefois, mieux vaut ne pas manger n’importe quoi (des sucreries ou pâtisseries en non-stop, par exemple, qui ne vous apporteront pas les nutriments dont vous manquez).
– Augmentez votre ration de protéines (viande, poisson, œufs etc…) et consommez-en aux 2 repas principaux.
– Enrichissez vos plats avec des graisses, caloriques mais, semble-t-il, sans aucun effet pervers face à la maladie : ajoutez de la crème et du fromage râpé dans vos pâtes et vos soupes, ou un filet d’huile sur vos féculents (pommes de terre, semoule…), offrez-vous des tartines de bon beurre cru et de fromage si vous l’appréciez (ou de chocolat).
– N’hésitez pas à faire plusieurs petits repas par jour, surtout si vous avez un petit appétit, et mangez dès que vous avez faim. Rien ne vous empêche, par exemple, de manger du pain et du fromage dans la matinée, une banane et/ou des crêpes pour le goûter.
– Essayez par ailleurs de booster votre consommation de fruits et de légumes, très riches en vitamines : crus, mais aussi cuits sous forme de compotes de fruits, en veloutés à la crème (pour les légumes), en gratin avec de la sauce béchamel.
– Consommez à chaque repas principal des féculents (riz, pâtes, semoule, pomme de terre cuite à l’eau, quinoa mais aussi lentilles ou haricots) qui apportent de l’énergie.
– Faites-vous plaisir , surtout si vous avez peu d’appétit, avec des aliments que vous aimez et qui sont énergétiques : fruits secs, chocolat, petits sablés, bon gâteau maison. Juste, ceux-ci ne doivent pas remplacer les « vrais repas » mais doivent venir en complément.

 Question de Mme Petit
Opérée d’une tumeur carcinome canalaire infiltrant… Après deux mois de rayons et un traitement hormonothérapie qui me fatigue énormément : vertiges, palpitations, douleurs articulaires, maux de tête !
Je travaille et c’est très pénible pour moi ! D’autres traitements pour éviter une récidive ?
J’ai même plus la force de faire du sport après mes journées de boulot… Je me renferme chez moi le week-end pour pouvoir récupérer un peu de ma fatigue… Cela affecte mon moral  et tenir 5 ans comme ça,  je ne me sens pas capable….Cordialement
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Mme Petit, ce sont les effets secondaires de l’hormonothérapie. Avez-vous songé au mi-temps thérapeutique ? Il permet d’avoir des temps de repos tout en travaillant. Il faut le demander soit à votre médecin traitant, soit à votre spécialiste. Il est renouvelable une fois.
Essayez de changer l’heure de prise (matin au lieu du soir) ou de famille d’hormonothérapie. C’est parfois le produit qui ne vous va pas.
Il n’y a pas d’autres traitements pour “éviter” la récidive. Le seul qui a fait ses preuves depuis plusieurs décennies est l’hormonothérapie, soit par Tamoxifène chez les femmes non ménopausées soit la famille des anti-aromatase pour les patientes ménopausées.

 Question de Mme Ricouard
Je suis sous tamoxifene. Je suis angoissée d’avoir pris du poids…  Que me conseillez-vous pour retrouver ma ligne ? Je fais de la rétention d’eau, je prends un médicament endotelon. Merci de votre aide.
Réponse d’Isabelle Delaleu, Journaliste Santé & Nutrition et auteur de « Mes recettes santé pendant un traitement anticancer »
La rétention d’eau est facilitée (ou amplifiée) par le sel… et le sucre. Il semble donc important de réduire ceux-ci, et d’adopter parallèlement une alimentation la plus équilibrée possible. Je vous suggère donc :
– De réduire le sel ajouté dans vos aliments et votre cuisine (vous pouvez trouver des sels aux herbes et épices en boutiques bio, qui donnent du goût tout en apportant moins de sel). Limitez également au maximum les produits qui en contiennent en quantité : charcuteries, fromages, olives, mais également toutes les conserves et les aliments industriels qui sont systématiquement sur-salés (plats tout prêts, biscuits apéritifs, etc).
– Parallèlement, réduisez le sucre le plus possible : confitures, sucreries, desserts lactés industriels. Choisissez des produits « sans sucres ajoutés » et évitez le sucre dans les boissons, laitages, etc…
– Augmentez votre consommation de « bonnes protéines » (viandes maigres, volailles, poissons, crustacés, œufs), et celle des fruits et légumes (crus et cuits : la période est aux soupes, profitez-en !)
– Le sport vous aidera à perdre du poids ou à maintenir celui-ci : choisissez plutôt une activité douce d’endurance (type marche à pied, vélo, natation), particulièrement utile pour mincir.

 Question de Nicole. S 
Bonsoir, j’ai été opérée d’une tumeur de stade 1 au sein droit.  J’ai ensuite eu des séances de radiothérapie pendant 3 semaines et depuis un mois j’ai un traitement médicamenteux, Letrozole. J’ai des douleurs permanentes dans le sein et sous le bras. Je prends du paracétamol comme indiqué mais les douleurs sont constantes. C’est assez frustrant. En plus, j’ai des bouffées de chaleur, des angoisses, des insomnies. Après l’intervention mon mamelon a changé de forme. Pouvez vous m’apporter des informations sur les questions que je pose ? Je vous en remercie vivement par avance. Cordialement.
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Nicole, tout d’abord soyez rassurée quant aux problèmes que vous évoquez car vous êtes juste après la fin du traitement (chirurgie et radiothérapie) et à l’initialisation de l’hormonothérapie :
– les douleurs dans le sein et sous le bras sont les conséquences des traitements antérieurs. Cela va forcément s’amender au fil des semaines. Rapprochez-vous d’un kinésithérapeute expert. La présence de thrombi lymphatiques dans le creux axillaire peut tout à fait expliquer vos douleurs. Ces vaisseaux lymphatiques bouchés peuvent être traités de manière manuelle et surtout mécanique.
– la chirurgie du sein, surtout pour les tumeurs externes, peut entrainer des rétractions, des troubles de la sensibilité, de la contractilité et de la coloration du mamelon et de l’aréole. Si tel est le cas, une levée d’adhérence par l’utilisation de  techniques mécaniques type LPG (par opposition aux techniques manuelles) peuvent être utiles.
– l’hormonothérapie par antiaromatase est responsable d’un certain nombre d’effets secondaires comme des douleurs osseuses et articulaires, ainsi que des bouffées de chaleur. Changer l’heure de prise le matin si vous le prenez le soir, etc. Sinon il faut changer d’antiaromatase. Vous pouvez essayer pour les bouffées de chaleur le médicament SERELYS en comprimé matin et soir (cure de 3 mois minimum). Il est souvent efficace.
– en ce qui concerne les angoisses et les insomnies rapprochez-vous des soins de support de votre établissement de santé. Une psycho-oncologue saurara vous guider et être aidante.

 Question de Valérie F. :
Bonjour à tous,
1/ Avec les traitement, la prise de poids est un élément qui me perturbe …. comment y remédier ? car l’origine est la rétention d’eau due au traitement ? Un suivi est en cours avec reprise du sport et rééquilibrage alimentaire ….
2/ les douleurs persistent combien de temps dans le dos après une chirurgie de lambeau dorsal ?
3/ Suite à 2 RDV pour une recherche génétique , j’ai reçu la réponse : mon dossier n’est pas pris en compte pour faire une recherche génétique…. alors que j’avais été envoyée par mon oncologue :  puis-je faire une demande ailleurs ?
4/ Cancer du sein à 42 ans : mes soeurs, ma fille et mon fils devront-ils être suivi ? Si oui, quand et quels examens?
Réponse du Dr Stéphane Lantheaume, chirurgien sénologue
Bonjour Valérie,
1/ Oui, la prise de poids est un motif de consultation en oncologie. En cause, les traitements chimiothérapiques et l’hormonothérapie ainsi que la baisse générale d’activité physique. Reprendre le sport de manière adaptée avec un coach et  se rapprocher d’une diététicienne qui a l’expertise de la cancérologie.
2/ En général, ces douleurs disparaissent au fils des semaines et des mois. Elles sont dues aux adhérences qui se forment dans les suites de l’opération. Un programme spécifique par votre kiné devrait améliorer les choses.
3 / Certainement que vous n’êtes pas dans les critères d’éligibilité pour faire la fameuse « prise de sang » à la recherche des gènes BRCA1 et BRCA2 (entre autres, les plus connus). C’est ce que l’on appelle un “cas sporadique”, c’est à dire un cancer du sein isolé dans la famille.
4/ Il n’y a pas lieu de faire une surveillance particulière ni de les inquiéter outre mesure. En général, on préconise pour la fratrie une mammographie 5 ans avant l’âge du cas index de la famille, c’est à dire vers 37 ans pour votre sœur.
Réponse de Céline  Dufranc, Rédactrice en chef Santé de Rose Magazine :
Sans votre dossier médical et plus d’informations sur vos antécédents familiaux (Y a t’il d’autres cas de cancer du sein / de l’ovaire dans votre famille ? mère, tante, sœur, cousines ?), il est difficile d’évaluer le retour de la consultation d’oncogénétique. Plusieurs éléments doivent particulièrement motiver l’oncologue à recourir à un conseil génétique spécialisé : le nombre de cas de cancers du sein chez des parents de premier ou deuxième degré dans la même branche parentale, la précocité de survenue du cancer du sein (avant 40 ans), la bilatéralité de l’atteinte mammaire (notamment avant 65 ans), la présence de cancer de l’ovaire, l’observation de cancer du sein chez l’homme…
Votre oncologue vous a probablement orienté vers la consultation d’oncogénétique au nom du principe de précaution, car le seul critère de l’âge auquel vous avez déclaré votre cancer n’est, semble t’il, pas une indication suffisante (score d’Eisinger < 3). Mais seul le médecin oncogénéticien est à même de dire si vous répondez ou non aux critères de recherche et, en l’absence d’identification d’une mutation génétique dans la famille, d’évaluer votre niveau de risque personnel (normal, élevé ou très élevé). C’est d’ailleurs en fonction de ce « niveau de risque » que sont mis en place ou non les suivis spécifiques des femmes et de leurs proches.
Par ailleurs, la recherche oncogénétique dépend d’un dispositif national encadré et les tests ne se pratiquent donc que dans le cadre de ces consultations.
Réponse d’Isabelle Delaleu, Journaliste Santé & Nutrition et auteur de « Mes recettes santé pendant un traitement anticancer »
La rétention d’eau est facilitée (ou amplifiée) par le sel… et le sucre. Il semble donc important de réduire ceux-ci, et d’adopter parallèlement une alimentation la plus équilibrée possible. Je vous suggère donc :
– De réduire le sel ajouté dans vos aliments et votre cuisine (vous pouvez trouver des sels aux herbes et épices en boutiques bio, qui donnent du goût tout en apportant moins de sel). Limitez également au maximum les produits qui en contiennent en quantité : charcuteries, fromages, olives, mais également toutes les conserves et les aliments industriels qui sont systématiquement sur-salés (plats tout prêts, biscuits apéritifs, etc).
– Parallèlement, réduisez le sucre le plus possible : confitures, sucreries, desserts lactés industriels. Choisissez des produits « sans sucres ajoutés » et évitez le sucre dans les boissons, laitages, etc…
– Augmentez votre consommation de « bonnes protéines » (viandes maigres, volailles, poissons, crustacés, œufs), et celle des fruits et légumes (crus et cuits : la période est aux soupes, profitez-en !)
-Le sport vous aidera à perdre du poids ou à maintenir celui-ci : choisissez plutôt une activité douce d’endurance (type marche à pied, vélo, natation), particulièrement utile pour mincir.

 Question de Yvonne W. :
Bonjour, alors voila mon histoire : premier cancer du sein en janvier 2011, opérée en août 2011, je passe ces choses mais voilà, avec chimios, radiothérapie, mastectomie partielle couverte par sécurité sociale 5 ans, est-ce que vous me suivez toujours, et deuxième cancer  avec encore chimios en tout 2011 et 2014, cette fois ablation totale le même sein, ma question est la suivante : ma prise en charge date de 2011 donc se termine l’année prochaine, en 2016. Mais pour celui qui est venu en 2014, comment est ce que je dois faire ? car mon médecin ne m’a pas fait de nouvelle prise en charge. Merci
Réponse de Céline  Dufranc, Rédactrice en chef Santé de Rose Magazine :
La limitation de la prise en charge ALD à 5 ans a été mise en place il y a quelques années dans le but de limiter la stigmatisation des malades et permettre ainsi aux patients guéris d’accéder plus facilement aux assurances ou prêts bancaires. Mais cet arrêt de l’exonération du ticket modérateur n’est effectif qu’en cas de guérison totale. Selon les textes de la Haute Autorité de Santé : « L’exonération initiale est accordée pour une durée de cinq ans, renouvelable dès lors que la poursuite d’une thérapeutique ou la prise en charge diagnostique et thérapeutique des séquelles liées à la maladie ou aux traitements, notamment l’usage permanent d’appareillages, sont nécessaires. Toute récidive ou apparition d’une séquelle tardive grave dont le lien de  causalité avec le traitement est établi conduit à la reprise de l’exonération du ticket modérateur. »

 Question de Sylvie D. :
Bonjour voilà j’ai un cancer du sein, opérée depuis le 12 août. J’ai un prêt en cours. Comment le suspendre pendant mon traitement ? Merci de votre réponse
Réponse de Céline  Dufranc, Rédactrice en chef Santé de Rose Magazine :
Si votre prêt est assorti d’une assurance / garantie ITT (Incapacité Temporaire Totale de travail), celle-ci doit prendre le relai pendant votre arrêt maladie. Mais attention toutefois à vérifier certains points qui peuvent varier d’une assurance à une autre :
– La durée de la franchise : c’est la période initiale pendant laquelle l’assureur ne vous indemnisera pas en cas d’accident ou de maladie. Selon les compagnies et les options choisies, elle peut varier de 30 à 180 jours, avec une moyenne de 90 jours.
– Les exclusions : certaines activités peuvent vous priver de ces garanties.
– La prise en charge de certaines maladies : toutes les compagnies d’assurance ne considèrent pas certaines maladies (atteintes discales, vertébrales ou radiculaires notamment) de la même façon. Elles peuvent exiger un certain nombre de jours d’hospitalisation avant de débuter l’indemnisation.
– Le mode de prise en charge : là encore, les Conditions Générales cachent des différences importantes. Il existe 2 modes de remboursement bien distincts :
— Forfaitaire : les mensualités sont payées directement par l’assureur à l’organisme prêteur
— Indemnitaire : l’assureur ne prend en charge que la perte de revenus (différence entre les revenus habituels et les indemnités journalières)
– La fin des garanties : Elles prennent généralement fin au 65ème anniversaire de l’assuré, ou à son départ à la retraite s’il intervient avant.
Je vous invite donc à contacter au plus vite votre banque ou l’organisme d’assurance prenant en charge cette garantie.

Pratiquer une activité physique

Question de Mme Thevenot
Je viens de me faire enlever une tumeur cancéreuse de 3 mm plus ganglion sentinelle. Je suis en attente du résultat des autres ganglions prélevés. Ai-je des chances de n’avoir que de la radiothérapie ? J’ai 48 ans et j’ai eu deux enfants. Je suis très sportive (4 marathons). Puis-je espérer refaire de la course à pied dans moins de 6 mois ? Merci
Réponse du Dr Florence Dalenc, Oncosénologue
Bonjour,  le traitement complémentaire nécessaire dépendra des résultats histologiques définitifs. Je ne peux répondre à votre question sans disposer de plus d’informations médicales concernant notamment les caractéristiques histologiques précises de votre tumeur. Il n’y a pas une tumeur mais des tumeurs du sein et les traitements sont de plus en plus adaptés à la biologie de chaque tumeur.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités. Plus d'informations

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close